Pokémon Mythique

Bienvenu sur Pokémon Mythique New Génération !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fic] La vie est faite ainsi

Aller en bas 
AuteurMessage
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 21:34

Introduction

Je m´appelle Ed. J´ai 16 ans... Et pas de mère. Mon père m´élève tout seul sans me dire une seule chose sur ma mère. La guerre ravage le continent, et les Pokémons agressent les gens sans raison. Tout comme les humains...

Je me promenais en remuant mes pensées sombres, comme toujours. Je marchais sans vraiment regarder où j´allais. Une main m´a attrapé par le col. J´ai levé la tête et ai vu le caïd du coin. Il se fait appeler Killa. Ridicule... Ses deux amis se trouvaient avec lui. Ou devrais-je dire esclaves...?

- Lâche-moi tout de suite.

Une fration de seconde plus tard, ils me rouaient de coups. J´ai entendu un grognement, et j´ai mis ça sur le compte de la douleur... Quand Killa m´a lâché. J´ai vu une sorte de gros chien noir et gris... Il les a mis en fuite.

Je me suis approché doucement, et l´ai caressé. Bizarrement il s´est laissé faire.

C´était un monstre entre Medhyena et Grahyena. Je le connaissais de réputation. Son dresseur a voulu l´empêcher d´évoluer trop tard, et l´a chassé quand il a vu quel monstre il était devenu.

J´ai sorti la pokéball que j´ai trouvé hier, et l´ai touché avec. Il s´est laissé capturer sans opposer de résistance.

Je ne savais pas que la capture d´un Pokémon changerait ma vie à ce point...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 21:38

Chapitre 1 : Bataille

Trois jours que j´ai capturé Grahyena. Il préfère que je l´appelle comme ça, car son "petit" handicap a ruiné sa vie. Les pokémons ne se laissent plus faire comme avant, et rares sont ceux qui en possèdent. Résultat, les gens m´évitent encore plus.

Mon père était surpris, mais fier de moi. Il m´a demandé pourquoi selon moi, il n´avait pas évolué totalement. J´allais lui répondre que je ne savais pas en caressant Grahyena, quand la réponse m´est venue à l´esprit:

- Ses molécules avaient commencé à se modifier quand son dresseur a arrêté l´évolution...

Depuis je passais mon temps à l´emmener sur de grands terrains vagues. Il n´avait pas trop l´occasion d´améliorer sa puissance, mais sa vitesse s´accrut rapidement. Un jour, Killa et ses deux inséparables, ainsi que son grand frère, sont venus me trouver.

- C´est lui, dit Killa.
- Eh, gamin! Tu ne sais pas à qui tu t´es frotté... commença cet abruti.

J´en avais assez.

- A un abruti qui se prend pour le roi du monde, mais qui se cache pour ne pas aller faire la guerre...
- Tais-toi! hurla Killa
- ... De peur que sa misérable vie s´arrête trop tôt...
- FERME-LA! cria son frère.

A ce moment, les deux épouvantails qui leur servent d´amis se jetèrent sur moi.

- Grahyena, Morsure!

Ils s´arrêtèrent trop tard, Grahyena lança son attaque. Ce n´était pas beau à voir. Blessés, ils s´en allèrent en pleurant.

- Plus que vous deux, les caïds, dis-je, bouillant de rage. Alors? QU´est-ce que vous comptez faire?
- Tu vas voir, ce que je compte faire, s´exclama grand Killa.

Il lança, à ma surprise, une pokéball, d´où sortit un Rapasdepic.

- Attaque Bec Vrille! hurla cet allumé.

Mais Grahyena esquiva l´attaque sans problèmes, du fait de sa vitesse.

- Utilise Feinte... dis-je dans un souffle.

Rapsdepic ne bougea plus. Grahyena venait de passer derrière lui et de lui asséner un terrible coup. Le grand oiseau tomba, tandis que le grand chien revenait auprès de moi.

- Tu... tu... tu l´as tué? demanda Killa.
- Non, abruti, c´est ce qu´on appelle un KO. répliquai-je, méprisant.
- Il est mort! s´écria grand Killa.

Il partirent en poussant des hurlements terribles en hurlant au meurtre. Je ne pouvais laisser le Rapasdepic ici... Je le capturai grâce à une autre pokéball. J´ai emmené mes deux pokémons au centre, où ils furent soignés. Je retournai ensuite chez moi... Et fut pétrifié d´horreur. Mon père gisait à terre dans un bain de sang.

- Killa... Sa famille... Ils te cherchent, dit-il au milieu de râles.
- Non, c´est pas vrai, qu´est-ce qu´ils t´ont fait? lui demandai-je.
- Fini pour... moi, mais toi...
- Ne dis rien, on va te soigner...
- Ta mère... Prof... Chen...
- Quoi?

A ce moment-là, sa voix se perdit. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites... Et il mourut. Je ne me souviens pas de tout...

Je crois que je l´ai enterré, quitte à ce que les autres me retrouvent. Je suis monté au grenier chercher des pokéballs, et le livre qui m´a tout appris sur les pokémons... Et je partis à la recherche du professeur Chen. Des larmes coulaient sur mes joues, pour la première fois depuis des années... Peut-être même depuis que j´étais bébé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 21:42

Chapitre 2: Une rencontre fructueuse

Une semaine que j´avais quitté cette ville. Une semaine qu´il était mort... Je secouai la tête. Je ne devais pas y penser, je devais me ménager, sans quoi ce voyage risquait de se terminer très mal.

J´ai posé le regard sur Grahyena et Rapasdepic. Ils étaient épuisés et se reposaient. Je volais sur Rapasdepic toute la journée, et me protégeais des Pokémons vol grâce à Grahyena. Je leur en demandais beaucoup, mais ils ne réchignaient jamais à la tâche. J´ai cherché le sommeil sans vraiment le trouver. Je pensais au long parcours qui nous restait.

En effet, notre continent se trouve assez éloigné de Kanto. Mon père m´avait dit un jour que lorsque nous sommes partis de Kanto, la guerre n´avait pas encore ravagé le continent qui est aujourd´hui un véritable champ de ruines.

Trois jours plus tard, une tour était en vue. Une aura sombre l´entourait... J´ai sorti mon livre en prenant bien garde de ne pas tomber. C´est la tour Pokémon, le cimetière Pokémon de Lavanville. Mon coeur fit un bond dans ma poitrine. Enfin Kanto...

Je suis allé au centre Pokémon pour soigner mes pokémons. J´en ai profité pour regarder la carte accrochée au mur. Lavanville était assez éloignée de Bourg Palette, le lieu de résidence du professeur Chen. Quelques jours de vol seraient nécessaires. En volant à l´ouest, puis au sud, j´y arriverai.

- Excusez-moi, monsieur? dit une voix dans mon dos.

Je sursautai. Je n´avais plus l´habitude d´entendre des voix humaines.

- Vos pokémons sont soignés, me dit l´infirmière.

Je la remerciai et partit aussitôt, non sans un regard pour la tour. Un vieil homme criait à qui voulait l´entendre que la tour était possédée par les Pokémons qui y reposaient...

Quatre jours et beaucoup de combats plus tard, j´atterissais à Bourg Palette. Enfin... Après un rapide passage au Centre Pokémon improvisé, je me rendais au labo du prof. 5 minutes plus tard, je tapais à la porte du bâtiment.

Un homme portant une blouse blanche et ayant des cheveux blancs m´ouvrit.

- Que puis-je faire pour vous, jeune homme? me demanda-t´il.
- Vous... êtes bien le... professeur Chen? demandai-je. Des vertiges me vinrent.
- Oui... mais... jeune homme, que vous arrive-t-il? s´exclama-t´il alors que je m´effondrai au sol.

Deux heures plus tard, je m´éveillais. Je me suis présenté à lui et lui ai tout raconté, depuis que j´ai capturé Grahyena. Il sembla réfléchir un instant.

- Ed, pourrais-tu me montrer ce Grahyena? demanda-t´il avec un air extrêmement sérieux.
- Bien sûr, m´étonnai-je.

Je sortis Grahyena de sa Poké-ball. Chen fit un bond.

- Aucun doute possible, murmura-t-il. Un cas pareil ne peut se reproduire deux fois... ajouta-t´il en caressant Grahyena.
- Professeur, connaissez-vous Grahyena? dis-je.

Mon coeur se mit à battre. J´étais la seule personne à pouvoir caresser Grahyena en toute sécurité, sans risque de morsure. Si Papa m´avait dit de venir trouver le professeur, c´était apparemment en toute connaissance de cause. Chen leva lentement le regard vers moi, un regard qui pétillait.

- Ed, j´ai l´honneur de te présenter le premier pokémon de ta mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 21:50

Chapitre 3 : Sur la bonne route


Muet de stupéfaction après la révélation incroyable du professeur Chen, je restai à le regarder fixement tandis qu´il examinait Grahyena. Je me décidai enfin à parler:

- Professeur... Je ne comprends pas... Comment savez-vous...?
- Une longue histoire s´impose, Ed... commença-t´il.
- Allez-y, je vous écoute, dis-je d´une voix tremblante.

Chen eut l´air de chercher ses mots.

- Bien. Il y a une quinzaine d´années, tes parents vivaient ici. Ils étaient très respectés et ta mère était une excellente dresseuse, dit-il.
- Mais, les Pokémons ne sont-ils pas en voie d´extinction...? questionnai-je. A Kanto, on trouve des centres Pokémons dans toutes les villes alors que sur le continent, même les dresseurs sont rares...
- Tu oublies que c´était il y a une quinzaine d´années, me reprit le professeur. Mais c´est vrai, même aujourd´hui, les Pokémons vivent en abondance à Kanto, Johto, Hoenn et Sinnoh.
- Je vois... Et vous dites que son premier Pokémon était Grahyena? demandai-je.

Ce point me troublait tout particulièrement.

- Mais une rumeur dit que le dresseur de Grahyena l´a abandonné quand il a vu que l´évolution n´était pas aboutie, ajoutai-je. Est-ce que ma mère avait...

Bizarrement, Chen parut triste.

- C´est faux. Ta mère aimait ses pokémons comme ses propres enfants, me dit-il. Cependant, la guerre faisait rage, ici comme partout ailleurs, hormis sur la ville ou toi et ton père êtes partis pendant que Lilian allait grossir les rangs des Maîtres Pokémons militaires.

Mon coeur ne fit qu´un bond.

- Professeur... Ce sont bien les Maîtres Pokémons au service de l´armée...? questionnai-je d´une voix tremblante.
- Oui, répondit-il d´un air sincèrement désolé. Mais comme tu le sais...
- Ils sont tous morts lors d´une embuscade tendue par l´armée du continent de Sento, terminai-je d´une voix blanche.

Un silence de mort s´installa alors dans la pièce. Cette dernière révélation eut l´effet d´un coup de tonnerre... En l´espace de deux semaines, j´étais devenu orphelin. Le professeur nedit rien, respectant mon chagrin, ma tristesse pouvant déchirer la plus forte personne en ce bas monde.

Mes idées se remirent lentement en place. Mes yeux se sont posés sur Grahyena, seul survivant de ce carnage. Survivant... Ce mot mit un certain temps à parvenir à mon cerveau. Puis, le déclic se fit.

- Professeur! m´écriai-je.
- Oui, Ed? Que se passe-t´il? demanda-t´il, passablement surpris.
- Ma mère n´est pas morte! dis-je.

L´excitation et l´enthousiasme me gagnèrent. Ma mère était sûrement vivante...

- Comment? s´étonna le prof. Qu´est-ce qui te fait dire ça?
- C´était une embuscade, repris-je d´un ton que je voulais contrôler. Tous furent tués au cours d´un terrible combat, n´est-ce pas? Humains comme Pokémons?
- Oui, mais... Ah! s´exclama-t´il les yeux écarquillés. Tu veux dire que...
- Si Grahyena est ici, ma mère vit sûrement!
- Attends, dit Chen. Ne t´emballe pas... Ce n´est pas une certitude.
- N´avez-vous pas quelque chose qui appartenait à ma mère, n´importe quoi? demandai-je.
- Oui... Oui, j´ai une lettre à elle reçue après l´embuscade, m´avoua-t´il. Mais elle était datée de quelques mois avant et n´avait aucun sens, je n´y ai accordé aucune importance...
- Vous l´avez gardée, professeur?

J´avais la respiration haletante. Il alla chercher la lettre en question, qu´il me tendit.

"Gardez un souvenir de moi
Rien que cett feuille de papier suffirait
Avant toute chose, conservez cette lettre
Hoenn est très belle en cette saison
Yves, un autre maître est très gentil..."

Je regardai le professeur.

- Ca n´a aucun sens, dis-je, perplexe. "Hoenn est très belle en cette saison..."
- En effet, c´est très étrange. Mais la guerre ne m´a pas laissé énormément de temps pour examiner ça...
- Professeur Chen, dis-je soudain.
- Qu´y a t´il, Ed? me demanda-t´il.
- Regardez la lettre, lui ordonnai-je peu poliment.

J´ai plié la feuille de façon à ce qu´on ne voit que la première lettre de chaque colonne.

" GRAHYENA VEILLE SUR EUX/HOENN"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 21:57

Chapitre 4: On n´échappe pas à son destin


Cela faisait déjà deux mois que le professeur Chen et moi avions découvert le message de ma mère, Lilian. Des liens très forts se sont rapidement tissés entre nous, et il m´a appris beaucoup de choses sur les Pokémons. Des choses qu´on n´apprend pas dans les livres...

Depuis des années, j´étais persuadé que la vie n´était qu´une longue succession de misères et de coups bas qui nous étaient portés en traître. Et encore plus depuis la mort de mon père. Mais depuis que je suis arrivé chez le professeur Chen, j´ai compris que le bonheur existait... Il suffisait simplement d´aller le chercher.

Ce soir-là, le professeur et moi étions en train de faire des recherches sur les Pokémon Légendaires. Nous avions terminé quand le professeur me demanda:

- Alors, quand pars-tu à Hoenn?

Je ne répondis pas tout de suite. Je ne lui avais pas dit que je comptais partir à la recherche de ma mère bientôt, mais je ne fus pas surpris de cette question.

- J´avais pensé partir la semaine prochaine, professeur, répondis-je lentement.
- Je m´en doutais, dit le professeur d´un ton ravi. Tu es le portrait craché de tes parents!
- Professeur...
- Oui, Ed?
- Mon père était-il aussi dresseur? questionnai-je.
- En effet, répondit-il avec l´air d´un père fier de son fils. J´ai eu l´honneur de lui remettre son premier Pokémon. Il n´était pas aussi talentueux que ta mère, bien entendu, mais son Dracaufeu étant très puissant, il l´a remis à ta mère pour qu´il veille sur elle.
- Je vois... Et... ses autres Pokémons?
- Et bien... Vois-tu, tous les dresseurs sont confrontés aux horreurs de la guerre..., dit-il tout en cherchant ses mots. Ses Pokémons n´ont pas survécu, à part Dracaufeu. Cependant, il allait succomber, lorsque ta mère l´a sauvé...
- Oh... Je vois. Merci, professeur.

Je sentais le regard du professeur dans mon dos pendant que je rangeai les livres.

- Professeur, dis-je soudain. Je ne veux pas vous paraitre ingrat, mais il faut que je...
- Retrouve ta mère, finit le prof. Ne t´inquiète pas. A ta place, c´est ce que je ferais aussi.


La semaine suivante, les préparatifs étaient terminés. Je devais partir très bientôt, mais j´assistai quand même à une remise de Pokémons. Des jeunes enfants de dix ans qui venaient chercher leur compagnon...

- Professeur, dis-je une fois que tous eurent reçus l´attendue pokéball, pourquoi remettre des Pokémons à ces enfants?
- Afin d´entreprendre un voyage initiatique, répondit-il.
- C´est une ancienne tradition, repris-je. Mais la guerre ne fait-elle pas rage plus à l´est?
- Elle ne ravage plus Kanto, dit-il d´une voix posée. Plus autant. A la place, elle a lieu à Hoenn et Johto.

Je m´y attendais. Je pris un air déterminé:

- Je me doutais bien qu´un jour ou l´autre je serai confronté aux horreurs de la guerre. Ca risque de rendre la recherche de ma mère plus difficile...
- Je savais que tu dirais ça, dit le professeur en éclatant de rire.

Puis vint l´heure du départ. Je devais m´envoler sur Rapasdepic et partir à Carmin-sur-Mer afin de prendre un bateau qui me mènerait à Hoenn.

- Ed, dit le professeur.

Je le regardais sans afficher quoi que ce soit sur mon visage.

- Reviens-nous sain et sauf... Une fois que tu auras retrouvé ta mère, vous serez toujours les bienvenus ici, continua-t´il.
- Merci, professeur, répondis-je toujours impassible. Je pense revenir à Bourg Palette une fois que tout ça sera fini. Histoire d´avoir un endroit où dormir avant de trouver une maison...
- Vous pourrez vivre ici définitivement, dit le professeur. Il me tarde de te voir revenir.
- On verra ça le moment venu, répondis-je en esquissant un sourire. Au revoir, professeur. Merci pour tout...

A ce moment, mon visage n´était plus aussi impassible.

A Carmin-sur-Mer, je pris le bateau à destination de Hoenn. Arrivé dans ma cabine, je jetai mon sac sur le lit. Je pensai à la tour Pokémon... Je l´avais aperçue au loin. Elle m´a parue encore plus haute, et son aura plus sombre que jamais... Mais je pensais aussi au professeur. Pendant près de deux mois, cet homme était devenu en quelque sorte mon père adoptif. Je pensais revenir lui rendre visite quand j´aurai retrouvé me mère. Peut-être même m´installer à Bourg Palette... En tous cas, il avait raison sur un point:

On n´échappe pas à son destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Rem
Admin
avatar

Nombre de messages : 115
Age : 23
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   Ven 28 Sep - 22:06

Chapitre 5: Les horreurs de la guerre


Le bateau naviguait depuis un jour. J´étais sur le pont, contemplant les pokémons Eau qui nageaient gracieusement dans la mer. La capitaine était très sympathique avec tous les passagers, et avait très vite remarqué mon air morne. Je n´ai rien voulu lui dire, mais elle m´a dit que si j´avais besoin de parler, un éminent psychologue était à bord pour les gens qui avaient subis les horreurs de la guerre.

- Merci, capitaine, mais je n´ai pas connu les horreurs de la guerre, lui avais-je répondu.

Je repensais à notre première discussion. Les femmes savent se montrer très aimables... Serait-ce cela, la douceur maternelle...? J´espérais connaitre cette douceur très bientôt. Je ne comptais pas du tout retourner à Kanto, ou tout simplement abandonner ma quête sans retrouver ma mère.


Cette nuit, je cherchai le sommeil en regardant Grahyena. Pourrait-il m´aider à la retrouver? En tous cas, une fois à Hoenn, je devrai me rendre chez le professeur Seko. Selon Chen, il pourrai m´aider en me parlant des endroits possédés par l´armée, et bien d´autres choses... Comme le professeur Chen pour
Kanto, mais cette fois à Hoenn.

Je faillis m´endormir lorsque un gigantesque bruit d´explosion retentit. Je m´habillai en vitesse et dit à Grahyena de me suivre lorsque ce bruit se répéta, plus fort encore que le précédent. Je sortis sur le pont. Partout dans le bateau, des silhouettes couraient dans tous les sens. Je trouvai la capitaine.

- Qu´est-ce qui se passe? criai-je pour couvrir les cris.
- On est attaqués! répondit-elle. L´armée de Sento!

Mon sang ne fit qu´un tour. Nous n´étions pas encore arrivés à Hoenn que la guerre était déjà inévitable... Je quittai le pont sur ordre du capitaine et allai voir les autres passagers:

- Ecoutez-moi! Nous sommes attaqués par l´armée de Sento! Que les dresseurs voulant se battre jusqu´à l´arrivée des renforts montent sur le pont! Les autres, barricadez-vous dans les cabines!

"Bien que ça ne servirait à rien face à un Machopeur...", pensai-je.

Plusieurs dresseurs et dresseuses passèrent devant moi l´air déterminé. D´autres personnes se ruèrent sur les cabines. Avant de refermer la porte, une femme me dit:

- Venez vite, jeune homme!
- Pas question, répondis-je, l´air tout aussi déterminé que les dresseurs qui étaient maintenant en train de se battre. Je retourne leur prêter main-forte!

Sur ces mots, la femme parut désorientée, puis referma la porte. Je montai sur le pont. Le chaos y régnait: des soldats de Sento y étaient, et ordonnaient à leurs pokémons d´attaquer. Un Mackogneur se précipita sur moi. En une fraction de secondes, tout fut terminé. J´avais sorti Rapasdepic qui transperça le Mackogneur de son Bec Vrille. Je venais de tuer un Pokémon... Mais je n´eut pas le temps d´y penser. Je montai sur Rapasdepic avec Grahyena juste à temps pour éviter une attaque Poing-Comète.

- Rapasdepic, Aéropique! hurlai-je.

Je dus alors m´accrocher à lui pour ne pas tomber lorsqu´il fonça sur le Tygnon avec lequel étaient aux prises un homme et son Galegon. Ce que je vis ensuite me fit sursauter: un Alakazam éxécutait le Psyko sur la capitaine!

- Grahyena, Charge Obscure! ordonnai-je alors.

Cette attaque, que j´avais mise au point sous l´oeil attentif du professeur Chen, était extrêmement puissante, et particulièrement dangereuse pour un Pokémon Psy. Grahyena sauta de Rapasdepic, et s´approcha du Alakazam, qui libéra le capitaine. Elle s´écroula au sol alors que le monstre psychique lança une Rafale Psy sur Grahyena. Ce dernier disparut et réapparut à la gauche du Pokémon. Il relança une Rafale, mais Grahyena disparut à nouveau... Soudain, le chien féroce réapparut derrière lui et éxécuta une Charge particulièrement puissante!

Je sautai sur le pont.

- Capitaine! Est-ce que ça va?

Aucune réponse. Je la trainai jusqu´aux cabines.

- Un médecin, vite! hurlai-je.

J´entendis un bruit de meubles que l´on traîne, puis un homme sortit.

- Je suis médecin, jeune homme, me dit-il. Confiez-la-moi!

Je remontai alors sur le pont. Après avoir sauté sur Rapasdepic, je lançai des attaques Vol sur tous les Pokémons Combat, tandis que Grahyena utilisait des Morsures, Feintes et Charges Obscures sur tous les Pokémons Psy.

- Rapasdepic, attaque... commençai-je.

Mais je n´eus pas le temps de finir ma phrase. Je vis une petite fille recroquivellée sur elle-même, dans un coin, alors qu´un Mackogneur s´approchait.

- Rapasdepic, attaque Aéropique!! hurlai-je en changeant de cap.

Cette fois, l´attaque ne put aboutir. Une énorme boule d´énergie nous percuta, Rapasdepic et moi: une Ball´Ombre particulièrement puissante. Plusieurs dresseurs se précipitèrent pour attaquer Mackogneur et nous protéger, Rapasdepic, la petite fille et moi.

- Jeune homme! Ca va? me demanda un dresseur.
- La gamine! criai-je. Occupez-vous d´elle!
- C´est fait, me rassura-t-il. Nous l´avons mise à l´abri.

Des Pokémons ennemis se rapprochaient de nous, mais un barrage de Leviator, Crustabri et Demanta appartenant aux marins du bateau se mit en place. La bataille repris de plus belle tandis que je me redressai péniblement afin de chercher Grahyena. Cette attaque eut des effets considérables sur moi. Je donnai une Hyper-Potion à Rapasdepic, qui se remit immédiatemment sur ses pattes. J´aperçus Grahyena: il affrontait deux Kadabra et avait un peu de mal.

- Rapasdepic! Fonce chercher Grahyena et ramène-le ici! ordonnai-je.

Ce qu´il fit immédiatement, ce qui me permit de soigner le chien. Soudain, le bateau s´illumina, ainsi que ceux de Sento.

- Rendez-vous, vous êtes cernés! dit une voix dans un mégaphone.

Je levai la tête: un hélicoptère de Hoenn, ainsi qu´une vingtaine de bateaux de l´armée. Nous étions sauvés.


Plus tard, à Hoenn, l´armée récompensait par la médaille du courage les dresseurs qui s´étaient battus pour la sécurité des passagers. Le général s´arrêta devant moi.

- Vous vous êtes aussi battu, jeune homme? s´étonna-t-il.
- En effet, mais je ne suis pas là pour ça, répondis-je. Je voudrais savoir comment vont les passa...
- Impressionant, coupa-t-il. C´est donc de vous que m´ont parlé les passagers... Que diriez-vous de rejoindre l´armée?
- Je vous remercie, mais la guerre ce n´est pas pour moi, dis-je en sentant la colère monter. Comment vont les passagers et le capitaine?
- Très bien, rassurez-vous, me dit-il. Ils se trouvent à l´infirmerie...

Je ne lui laissai pas le temps de finir. Je me rendis à l´infirmerie, et vit avec soulagement que tous allaient bien. J´aperçus le capitaine, à qui on faisait boire un médicament.

- Comment allez-vous, capitaine? demandai-je en m´approchant.
- J´ai connu mieux, répondit-elle en souriant. Mais ça va bien grâce à toi et aux passagers...
- Je suis soulagé, dis-je sincèrement. Mais...

Je cherchai la petite fille des yeux.

- Est-ce que vous savez où se trouve la petite fille que nous avons protégé?
- Elle se trouve chez le psychologue, me dit-elle. Elle a subi un choc... Une si grande bataille... des morts chez les humains et les pokémons... Ca traumatise à son âge, ajouta-t-elle.

Nous discutions depuis un bon moment déjà, lorsque la porte du bureau du psy s´ouvrit.

- Capitaine, il faut que j´y aille, dis-je.
- Très bien, répondit-elle en souriant. Merci, Ed.
- Merci à vous de m´avoir amené ici, dis-je en souriant à mon tour. Adieu, capitaine.
- Prends soin de toi.

La petite fille alla voir ses parents.

- Hé... Petite! criai-je.

Elle et ses parents se retournèrent.

- Est-ce que tu vas bien?
- C´est toi qui m´a aidé?
- Non, qui ai voulu t´aider.

Après qu´elle m´ait répondu qu´elle allait bien, ses parents me remercièrent et je pris congé d´eux.

"Tu peux aller voir le psychologue, si tu souhaites parler à quelqu´un."
"Je n´ai pas encore connu les horreurs de la guerre..."

La porte du bureau du psychologue se referma derrière moi après que j´eus frappé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-mythique.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fic] La vie est faite ainsi   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fic] La vie est faite ainsi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup de gueule : 14 juin 1940 défaite allemande
» UNE TETE BIEN FAITE?
» Vous Me Faite Rougir
» Ainsi parlait Sarah Toussegras...
» [AIDE] HD2 : impossible de passer un coup de fil et de recevoir, ainsi que les sms.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Mythique :: Détente-Divers :: Corbeille-
Sauter vers: